Seigneur-Croc



Koljeizer
25 août 2011

Koljeizer
25 août 2011

Jusqu’en -400, Koljeizer était un ensemble de montagnes où vivaient des sauvages. Mais un beau jour, un ombre mage du nom de Terreur arriva avec ses gros sabots et dévasta le pays, traça des côtes droites, rasa les montagnes pour en faire des prairies, balaya toutes formes de vie. Puis dirigé par Archéom (Despote) de -55 à -34, et enfin par le Seigneur-Croc, du haut de ses 16 ans qui prit le pouvoir. La population venait de troquer son tyran contre un empereur borné, mais qui leur fichait la paix. Le peuple ne s’est donc pas plaint. Koljeizer est un pays composé de vastes plaines verdoyantes, et assez petit de superficie. La culture est avant tout une culture de neutralité. Le peuple ne cherche pas la guerre. C’est la Suisse d’Ethariane. Il faut une volonté de fanatique sous adrénaline pour réussir à motiver le peuple, et ce sans agacer le Seigneur-Croc qui se ferait une joie de taper sur tout ce qui le dérange.

Koljeizer est l’exemple typique du pays qui a une histoire qui tient sur une page. Aucune culture, deux régimes différents à peine.

Militairement parlant, Koljeizer possède 50 000 combattants. Mais la puissance de l’armée est risible, les soldats ne sont pas spécialement fort, les généraux font de la figuration, bref, l’armée sert surtout de garde nationale. Le Seigneur-Croc et son équipe (Qui s’agrandira avec le temps) gère la plupart des combats. Bandits, guerre, l’empereur est en première ligne et avance sur les cadavres éviscérés de ses adversaires. (Pas mal, j’devrais la noter). Les officiers jouent néanmoins un rôle stratégique dans l’ombre du maréchal Aomushni, grande stratège et tacticien.

Géographiquement, le pays est traversé par quelques rivières mais aucun fleuve. Il n’y a aucun relief (Terreur a tout rasé).

Socialement, on ne peut que rappeler que l’espérance de vie de la population augmente de 10% quand le Seigneur-Croc dort.

On peut dire que la justice n’est pas basée sur le geste mais sur l’humanité (ou l’inhumanité) de l’intention. Par exemple, un homicide passionnel n’est même pas condamné par la loi. Il est autorisé de tuer un conjoint adultère dans la mesure où ce n’est pas public et où le mode de meurtre n’est pas reprochable (Interdiction de torturer, par exemple).  Cette loi est valable aussi bien pour les hommes que les femmes. Un viol, par contre, est un acte cruel et animal, puni plus sévèrement que le meurtre. (20ans de cachot contre 10-15ans pour meurtre, la cumulation est punie de mort). La justice criminelle est rendue par le Seigneur-Croc, ce qui est déjà un argument dissuasif en soi puisque sa simple humeur peut multiplier votre peine. Ce procédé permet de juger les remords, la violence de l’accusé ou de cerner son caractère dangereux pour la société, ainsi que les chances de récidive.

 

Koljeizer est une dictature, mais le Seigneur-Croc n’écrase surtout pas l’intelligence ! Le pays laisse la liberté à tous ses citoyens, aucune censure n’existe, pour que jamais le peuple n’oublie ce qu’est un jour férié, un week-end ou des vacances. La dictature n’a qu’un but : Obliger les gens à être autonome, justes et heureux et ce par tous les moyens.  Tant que les intellectuels ne critiquent pas la famille impériale (Parce qu’on n’insulte pas la famille du Seigneur-Croc !) et tant qu’ils n’entravent pas l’autorité impériale et le fonctionnement de l’empire, ils peuvent dire ce qui leur chante.  Néanmoins, si un mouvement dérangeant apparait, il peut se faire massacrer. Les productivistes, les industrialistes, les communistes, les sectes… Bref, si quelque chose menace la population, les bonnes moeurs, l’ordre et la morale, le système en place ou autre chose assimilable, le Seigneur-Croc se fera un devoir de les mettre à mort d’une façon ironique et douloureuse.

 

 

 

Réagissez

Visite jusqu'à ce jour